www.lemonde.fr

Aller en bas

Annonce www.lemonde.fr

Message par Cédric Istasse le Ven 16 Juin 2006 - 15:43

Informations parues sur le site Internet du journal français "Le Monde".


Dernière édition par le Jeu 22 Juin 2006 - 13:28, édité 2 fois
avatar
Cédric Istasse
[ Administrateur ]
[ Administrateur ]

Masculin
Nombre de messages : 230
Age : 37
Ville : Namur
Emploi : Enseignant
Date d'inscription : 15/06/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Annonce Mardi 13 juin 2006

Message par Cédric Istasse le Ven 16 Juin 2006 - 15:46

Mobilisation pour deux fillettes disparues à Liège
LE MONDE | 13.06.06 | 15h19

Stacy Lemmens et Nathalie Mahy, deux fillettes âgées respectivement de 7 et 10 ans, ont disparu à Liège, en Belgique, dans la nuit de samedi 10 à dimanche 11 juin. Les deux enfants participaient à une fête dans le centre de la ville et étaient surveillées par le père de Stacy et la mère de Nathalie, attablés dans un bar.

Mardi 13 juin au matin, les deux petites filles n'avaient toujours pas été retrouvées malgré les importants moyens policiers déployés. La Belgique craint de revivre une réédition du premier épisode de l'affaire Dutroux. Julie Lejeune et Mélissa Russo, 8 ans, avaient disparu le 24 juin 1995 et n'avaient été retrouvées qu'en août 1996, à Charleroi, mortes dans une cache aménagée par le tueur pédophile. Les diverses autorités du royaume ont visiblement retenu les leçons de ce fait divers tragique devenu une affaire d'Etat. Des fouilles ont été entreprises dès dimanche et se sont poursuivies, en vain, jusqu'à lundi soir.
Des renforts ont été dépêchés de Bruxelles, issus notamment de la cellule disparitions constituée au sein de la police fédérale. L'organisation indépendante Child Focus, elle aussi créée après l'affaire Dutroux, a lancé une grande campagne d'affichage dans tout le pays. Avec l'aide de sociétés de transport, de supermarchés et de bénévoles, 30 000 portraits devraient être placardés dans les lieux publics.
Une juge d'instruction a été saisie dimanche par le parquet de Liège pour enlèvement de mineurs de moins de 12 ans, un fait frappé des sanctions les plus lourdes. Une réunion d'enquête quotidienne se tient au cabinet du procureur de Liège et les parents bénéficient d'un soutien psychologique.
Un "témoin privilégié" serait activement recherché. Il s'agirait d'un ancien détenu en libération conditionnelle, qui avait été condamné pour une quinzaine de méfaits, dont une agression sexuelle sur une personne majeure. L'homme aurait été vu dans le bar où se trouvaient les parents des deux fillettes, samedi soir. Des témoins affirment, par ailleurs, qu'une "voiture suspecte" rodait dans le quartier au même moment. La mobilisation et la rapidité des différentes autorités traduisent leur volonté d'échapper cette fois à toute critique.

Jean-Pierre Stroobants

Article paru dans l'édition du 14.06.06


========================

Fillettes disparues : la justice belge diffuse la photo d'un suspect
LEMONDE.FR | 13.06.06 | 19h57

Après quatre jours d'enquête sur la disparition de deux fillettes à Liège, les autorités belges concentrent leurs recherches sur un homme, âgé de 38 ans, aux lourds antécédents judiciaires.
Le parquet de Liège a diffusé, mardi 13 juin, la photo d'Abdellah Ait Oud, présent dans la nuit de vendredi à samedi sur les lieux de la disparition de Stacy Lemmens, 7 ans, et Nathalie Mahy, 10 ans. Jusqu'à présent qualifié de "témoin privilégié", Abdellah Ait Oud est désormais considéré comme un "suspect" par le parquet liégeois.

Abdellah Ait Oud est "invité à se présenter dans les plus brefs délais auprès d'un service de police pour y être entendu", a indiqué, mardi, dans un communiqué le procureur du roi de Liège, Anne Bourguignont. "Toute personne pouvant donner des renseignements de nature à localiser cet individu est invitée à se manifester au plus tôt", ajoute le communiqué.

LOURDS ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES
L'homme, né en Belgique en 1967, est le compagnon d'une des serveuses des Armuriers, le bar à proximité duquel Stacy et Nathalie ont disparu. Il a passé la soirée dans cet établissement jusqu'à environ 1 h 30, soit une demi-heure avant que la disparition ne soit constatée. Il est depuis lors introuvable, affirment les enquêteurs. Des fouilles ont été effectuées mardi à son domicile, situé dans le même quartier, par des policiers liégeois accompagnés de membres du laboratoire scientifique de la police judiciaire.
D'après l'agence de presse belge, Abdellah Ait Oud a été placé sous mandat d'arrêt en avril 1994 pour le viol de sa nièce. L'homme a été condamné à une peine de cinq ans de prison. Le 24 avril 2001, alors qu'il était en liberté conditionnelle, il a été de nouveau placé sous mandat d'arrêt pour des faits de viol, coups et rapt.
La disparition des deux petites Liégeoises a suscité une vive émotion en Belgique, qui craint de replonger, une décennie plus tard, dans une nouvelle affaire Dutroux.
avatar
Cédric Istasse
[ Administrateur ]
[ Administrateur ]

Masculin
Nombre de messages : 230
Age : 37
Ville : Namur
Emploi : Enseignant
Date d'inscription : 15/06/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Annonce Jeudi 15 juin 2006

Message par Cédric Istasse le Jeu 22 Juin 2006 - 0:07

Les disparues de Liège : un suspect a été mis en examen
LE MONDE | 15.06.06 | 16h37

Alors que la police belge tente toujours de retrouver Nathalie Mahy et Stacy Lemmens, les deux fillettes, de 10 et 7 ans, disparues lors d'une fête, à Liège, dans la nuit du samedi 10 au dimanche 11 juin, un suspect a été mis en examen mercredi 14 juin. Abdallah Aït Oud, un Belge d'origine marocaine, âgé de 39 ans, était présent dans le quartier au moment où ont disparu les enfants. Recherché d'abord comme témoin, il ne s'est présenté à la police qu'au bout de trois jours.

Mis en examen pour enlèvement d'enfants de moins de 12 ans et séquestration arbitraire, ce qui pourrait lui valoir la réclusion à perpétuité, le suspect ne fournit pas d'explication plausible quant à son emploi du temps depuis la double disparition. Il a été incarcéré à la prison de Lantin.
Le quartier Saint-Léonard, ancien coeur historique de Liège, a encore été fouillé par des dizaines de policiers, mercredi, alors que d'autres services inspectaient la Meuse, toute proche. Ces nouvelles recherches n'ont apparemment fourni aucun indice.
Les parents des deux enfants, reçus par le procureur du roi, ont déclaré qu'ils espéraient encore retrouver leurs fillettes vivantes. Contrastant avec l'indifférence des autorités après l'enlèvement, en 1995, de Julie Lejeune et Mélissa Russo, 8 ans - deux des victimes de Marc Dutroux -, la mobilisation des autorités judiciaires et policières est unanimement saluée.
Une autre polémique est toutefois née après la révélation du passé judiciaire d'Abdallah Aït Oud. Arrêté une première fois en 1994 pour attentats à la pudeur sur sa jeune nièce de 6 ans, il a été libéré au bout de cinq ans. Il a récidivé en 2001 en violant une adolescente de 14 ans qu'il avait enlevée et frappée. Faisant l'objet d'une mesure d'internement, il a été libéré en décembre 2005, jugé guéri par les membres de la commission chargée de l'examiner.
Cette situation engendre un autre parallèle avec l'affaire Dutroux : condamné en 1987 pour viols d'enfants, le tueur pédophile avait aussi bénéficié d'une mesure de libération, échappant ainsi à toute surveillance. Il allait plus tard kidnapper six jeunes filles, dont quatre furent retrouvées mortes.
A Liège, on se demande désormais si Abdallah Aït Oud a pu circuler dans un quartier qui comptait cinq écoles et des lieux fréquentés par des enfants. Les habitants affirment qu'ils ignoraient tout de son passé. L'encadrement des délinquants sexuels, pendant ou après leur peine, n'a, lui, pas été amélioré depuis l'affaire Dutroux.

Jean-Pierre Stroobants

Article paru dans l'édition du 16.06.06

_________________
L'equipe du Forum Enfants Disparus
Cédric - Webmaster à votre service
avatar
Cédric Istasse
[ Administrateur ]
[ Administrateur ]

Masculin
Nombre de messages : 230
Age : 37
Ville : Namur
Emploi : Enseignant
Date d'inscription : 15/06/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Annonce Lundi 26 juin 2006

Message par Cédric Istasse le Mar 27 Juin 2006 - 14:28

A Liège, le quartier Saint-Léonard est hanté par le spectre de Dutroux
LE MONDE | 26.06.06 | 16h07 • Mis à jour le 26.06.06 | 16h08

C'était la fête du quartier Saint-Léonard, samedi 24 juin, à Liège. Malgré les critiques, les organisateurs n'avaient pas voulu renoncer. Des mômes sont venus et ont dansé, ri, chahuté. "Ça fait du bien, même si la police était là et même si on pensait à autre chose", explique Solange, une jeune mère célibataire qui cherche dans le coin un logement à la mesure de ses faibles moyens.

Depuis deux semaines, ce quartier "difficile" s'est figé dans sa tristesse et ses interrogations. C'est ici que, dans la nuit du 9 au 10 juin, les petites Nathalie Mahy, 10 ans, et Stacy Lemmens, 7 ans, ont disparu lors d'une fête. La traditionnelle braderie battait son plein, il y avait un podium où l'on chantait en play-back et un château gonflable.

Catherine Dizier, 40 ans, et Thierry Lemmens, ouvrier sidérurgiste, étaient revenus dans leur ancien quartier avec leur famille recomposée. Les quatre enfants de Catherine, les deux de Thierry, pour lesquels son ex-compagne a perdu le droit de visite, et le bébé d'un an qu'ils ont eu ensemble.

Ce soir-là, Thierry a bu "quelques bières" avant de retourner à Chênée, à quelques kilomètres, où le couple vit, en réalité, dans deux logements séparés au sein du même immeuble. Catherine est restée et, lorsque sur le coup de 3 heures, elle a voulu partir, Nathalie, sa fille, et Stacy, l'enfant de son compagnon, avaient disparu. "Je jetais un coup d'oeil de temps en temps", a-t-elle expliqué aux enquêteurs lorsqu'ils l'ont interrogée durant 8 heures, dimanche 18 juin.

"Que voulez-vous, explique Julio Blazquez, patron des Armuriers, on ne peut tenir les enfants en laisse quand ils s'amusent, ce qui n'est pas le cas tous les jours ici." Dans son bar, on rencontre vieux habitués et jeunes en perdition, anciens taulards et petits commerçants. "On y voyait rarement Catherine", affirme Antonio, un Italien qui se plaint de la paupérisation et de la misère morale des lieux.

Les travailleurs sociaux et les animateurs préfèrent parler de drames sociaux, du chômage qui frappe 25 % des familles et de la relative indifférence des autorités, qui ont rénové le quartier historique, tout proche, mais oublieraient cette partie de la ville. "Saint-Léonard, c'est aussi la solidarité et la multiculturalité qui naît de la cohabitation entre 98 nationalités", explique-t-on à la maison de jeunes, la Bibi. "Foutaises", soupire Antonio, qui hausse les épaules et s'en retourne vers sa maison, protégée par quatre verrous.

Le quartier est hanté par un spectre. Celui de Marc Dutroux, le tueur qui, il y a onze ans, a enlevé, à quelques kilomètres de là, Julie Lejeune et Melissa Russo. Tout le monde sait que le criminel a été condamné, en 2004, à la réclusion criminelle à perpétuité, mais la disparition mystérieuse de Nathalie et Stacy a ranimé les souvenirs de fouilles policières interminables, de folles rumeurs et des réseaux pédophiles. Samedi 24 juin, une femme a téléphoné à la police pour dire qu'elle détenait les fillettes et était prête à les rendre. Les forces de l'ordre n'ont rien trouvé.

De tels épisodes se multiplient, entraînant la colère des policiers qui, depuis deux semaines, suivent la moindre piste. Pour tenter de faire oublier qu'à l'époque de Julie et Mélissa, personne ne semblait prendre les parents au sérieux. "Nous avions le sentiment que les enquêteurs ne nous écoutaient pas" est revenu dire, dimanche, le père de Melissa, Gino Russo, sur un plateau de télévision. "On réentend les mêmes choses qu'à l'époque, dit Carine, sa femme. Mais c'est vrai que tout le monde semble considérer, cette fois, qu'il y a urgence. Tant mieux, on s'est battu pour ça."

Des dizaines d'appels quotidiens sont parvenus aux autorités, à SOS Ecoutes Enfants ou à Child Focus, deux créations de l'après- Dutroux. Ils semblent n'avoir servi à rien. Sauf peut-être à ramener les policiers vers la piste des familles, "au sens large", comme le dit l'un d'eux. Il semble, en tout cas, de plus en plus inimaginable qu'un kidnappeur ait pu emmener les enfants sans attirer l'attention de quiconque.

Reste la piste d'Abdallah Ait Oud, ce Belgo-Marocain de 38 ans déjà condamné pour attouchements et viol. Il a disparu le soir des faits, s'est rasé la tête, a dormi à la belle étoile et aurait lavé à la hâte certains de ses vêtements. Aucune preuve formelle ne semble toutefois l'accuser.

A Saint-Léonard, on se demande seulement comment on a laissé un tel individu s'établir dans le quartier sans aucune surveillance policière. On s'indigne qu'il ait pu être libéré après avoir bénéficié d'une erreur de diagnostic de la part de ceux qui devaient déterminer sa responsabilité.

Marc Dutroux, aussi, avait été libéré de façon anticipée. Il figurait pourtant dans la catégorie des délinquants sexuels qui présenteraient, en Belgique, un risque de récidive de 80 %.

Jean-Pierre Stroobants
Article paru dans l'édition du 27.06.06

_________________
L'equipe du Forum Enfants Disparus
Cédric - Webmaster à votre service
avatar
Cédric Istasse
[ Administrateur ]
[ Administrateur ]

Masculin
Nombre de messages : 230
Age : 37
Ville : Namur
Emploi : Enseignant
Date d'inscription : 15/06/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Annonce Re: www.lemonde.fr

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum